Existe-t-il un lien entre la performance des marchés financiers et les événements géopolitiques ? 

Yannick Andrien

Yannick Andrien

De nombreux investisseurs pensent que les événements géopolitiques ont une influence importante sur leurs portefeuilles. Dans la pratique, beaucoup d’opérateurs financiers font appel à des experts en géopolitique dans leur quête de construction de portefeuilles d’investissement afin de réduire ou anticiper les risques géopolitiques. Cela s’est encore vérifié récemment avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ayant eu un impact sur les marchés financiers. Toutefois, la guerre en elle-même n’est pas l’élément provocateur de la chute des marchés. Il s’agit plutôt de son impact sur les prix de l’énergie.

Or, d’après une analyse de Joachim Klement (responsable de la stratégie d’investissement pour de nombreuses maisons de gestion), les événements géopolitiques n’ont, la plupart du temps, pas d’importance pour les investisseurs. En voici la preuve !

Evolution des marchés financiers suite aux derniers risques géopolitiques

L’indice de risque géopolitique de Dario Caldara & Matteo Iacoviello (GPR Index) est basé sur les rapports d’actualité concernant des guerres (civiles), attaques terroristes, … Si on compare depuis 1985 cet indice avec les performances du marché boursier (S&P 500 dans notre exemple), nous observons que :

Source : Yahoo Finance, Caldara & Iacoviello (2023)
    • La plupart du temps, d’après les cours historiques, les événements géopolitiques n’ont pas d’importance pour les investisseurs. La guerre du Viêt Nam, les guerres en Afghanistan ou en Irak, le 11/09 ou d’autres évènements géopolitiques n’ont pas eu d’importance pendant plus de quelques jours ou semaines. 
    • Seule l’invasion russe en Ukraine a provoqué une baisse des marchés financiers étant donné le caractère du conflit. Les deux pays étant des pays producteurs de ressources de 1ère nécessité (gaz, céréales, …) ayant de nombreux partenaires commerciaux, l’impact de ce conflit s’est matérialisé dans les cours de bourse de nombreuses sociétés.
    • Dans le cas du début de la guerre en Irak en mars 2003, c’est littéralement le jour où le conflit a éclaté que le marché baissier a pris fin et où un nouveau marché haussier a commencé.

    D’après les conclusions de Mr Klement sur base du graphique ci-dessus, la corrélation entre l’indice du risque géopolitique et le rendement mensuel du S&P500 est quasi nulle, que ce soit au cours du même mois ou au cours du mois suivant le risque. 

    En limitant son analyse aux 5 % de pics les plus importants de l’indice GPR, la corrélation entre ces indices est légèrement plus marquée (-0,16 au cours du même mois & +0,05 au cours du mois suivant) mais constitue toujours une preuve de l’absence de corrélation entre ces indices. 

 Ce qu’il faut retenir :

  • Neuf événements géopolitiques sur dix n’ont pas d’importance pour les investisseurs, mais le dixième en a une.
  • Il n’est pas judicieux d’écouter les prévisions géopolitiques catastrophistes. Au vu de leur nombre, suivre aveuglément ces risques, quelle que soit leur importance, reviendrait à faire de mauvais choix ou vous empêcher d’investir lors des moments opportuns. 
  • Pour réussir en tant qu’investisseur, il est essentiel d’apprendre à identifier les événements géopolitiques qui ont de l’importance et ceux qui n’en ont pas. L’identification des risques réels portant sur certains secteurs de l’économie mondiale/régionale/nationale liés à ces événements est indispensable pour réussir à investir sur le long terme.
  • Certains événements peuvent constituer, sur une courte période, une opportunité d’investissement dans certains actifs spécifiques. 
  • S’il s’agit d’un événement géopolitique majeur, les principaux facteurs de rendement des actifs, tels que l’inflation, les taux sans risque ou les flux de trésorerie futurs, doivent être modifiés de manière permanente et matérielle pour avoir un impact sur le portefeuille.



Facebook
Twitter
LinkedIn

Nos autres articles :

Laisser un commentaire